Menu

La Souffleuse

« comme le sens a besoin des mots, ainsi les mots ont besoin de notre voix »

Trois Étés – Esquisse d’un sourire

© Paname Distribution, Affiche du film Trois Etés

Hésitation entre images tremblées et plans fixes à la composition ciselée, Trois Etés séduit nos sens. Le Brésil, scène sauvage abritant les plus riches corrompus, summum de l’artificialité, éclate dans ce film aux allures de faux documentaire. Mada au rire généreux et à l’aplomb sans pareil s’empare de nos cœurs, insufflant joie et mélancolie dans cette contemplation offerte d’un monde qui s’effondre. Sandra Kogut fait le choix du portrait de l’intime pour signifier le drame national, ou la déchéance de l’élite politique amorcée dès 2014. Trois Etés, ou plutôt quatre réveillons, chacun le faîte d’une page qui se tourne. Si l’exténuation en est le sujet, le cœur du film est bien la renaissance : renaissance de ses personnages, nouveau départ constamment retenté, confiance renouvelée. Mélancolique et tranquille peinture de la vie où la dignité enlève aux drames leur caractère spectaculaire, Trois Etés a le goût de la mer qui se retire et du sourire égaré sur les lèvres.

Pour en savoir plus : https://www.franceculture.fr/evenement/sortie-du-film-trois-etes-de-sandra-kogut

Abonnez-vous à mon blog par email: