Menu

La Souffleuse

« comme le sens a besoin des mots, ainsi les mots ont besoin de notre voix »

An Iliad

© Joan Marcus, photo de presse du Théâtre du Rond-Point

Denis O’Hare, en choisissant de mettre en scène L’Iliade – ou plutôt « une Iliade » –, a dans les faits choisi de mettre en scène la multitude par l’unique, le mythe par le corps et l’intemporel par la voix. Et le spectateur ne peut s’empêcher de se demander, avant la représentation, ces simples mais essentielles questions : pourquoi ? et comment ? (suite…)

Phèdre

© Cosimo Mirco Magliocca, photo de presse du Théâtre de La Ville

Une arche cuivrée qui s’élance, éclipsée par une stèle s’élevant d’un sol recouvert de sable noir, et le décor minimaliste de Phèdre est dessiné. Le sol, malléable donc, imprime aussi bien qu’il limite le mouvement des personnages. Des frontières esquissées par la bienséance et la raison, seuls Phèdre et Thésée parviennent à se délivrer, mais cette transgression, effet de la rage, ne mène qu’à la mort. (suite…)

Architecture

© Jean-Louis Fernandez, photo de presse du Théâtre des Bouffes du Nord

Le dépouillement blanc et lisse du plateau contraste avec les murs rouges et élimés du théâtre. Des bobines que l’on ne sait interpréter bordent le fond de la scène. Des hommes et des femmes entrent, vêtus de blanc, et s’accordent au son d’un violon, par une danse aux inflexions slaves. Le décor d’Architecture est posé. (suite…)

Abonnez-vous à mon blog par email: